Southbrook vineyards, Péninsule du Niagara (Ontario)

C’est sous un soleil digne d’un mois d’Août que j’ai repris la route  Lundi matin et quitté la ferme Saugeen River CSA. A très bienôt!C’était  un week-end particulier ici au Canada puisque le Lundi 24 Mai était un jour de fête  appelé Victoria day (fête de la reine) en mémoire à la reine anglaise Victoria et de son anniversaire ce jour là.  C’est sous son régime en effet que le Canada est devenu indépendant. Et aujourd’hui au Canada, on commémore cet événement comme étant le début de l’été qui s’annonce.  D’ailleurs on voit encore de nombreuses traces dans le pays  et de son histoire fondue avec  les îles britanniques comme sur les billets de banque par exemple, où l’effigie de Sa Majesté Elisabeth II est représentée.

Plusieurs heures de route plus tard et c’est une nouvelle fois la région de Niagara qui m’accueille.

Suivez les pancartes!

Il y a un mois, nous nous étions déjà rendus dans cette région avec Lihi et Lena, avec lesquelles nous avions pris quelques contacts. Evidemment, on n’aurait pas pu manquer les chutes du Niagara et le flot touristique qui les accompagne, ainsi que les promoteurs immobiliers ayant envahis par la même occasion le site d’assaut. Par moment, c’est vrai il y a un faux air de Dysneyland, à moins que ce ne soit Las Vegas peut-être. L’un comme l’autre je n’ai jamais mis les pieds à vrai dire, mais à voir tous ces néons fluorescents  à vous rendre aveugle dès que vous les regardez, il y a là tout l’arsenal pour attirer l’attention du consommateur et son porte monnaie qui va avec.

Mardi matin, j’avais donc rendez-vous avec Brian le winemaker de Southbrook vineyard,

Bienvenue!

le premier domaine viticole canadien à être certifié Demeter, le label international attestant de l’utilisation des principes de la biodynamie.  Une fois arrivé au domaine avec ses bâtiments pour accueillir le public  très design, Brian, ainsi que son assistante Samantha me présentent Ann, la directrice vinification et viticulure.  Nous échangeons quelques nouvelles au sujet de la planète vin et Ann m’invite à une dégustation de Bordeaux millésime 2000 le soir même.  C’est une dégustation organisée dans un restaurant  des chutes du Niagara, avec une dizaine de château présentée par un critique canadien notant les vin à la manière Parker.

Brian devant les jeunes plants de Chardonnay

C’est une note sur 100 qui fait la pluie et le beau temps sur le marché du vin dans la région de Bordeaux spécialement. Il suffit qu’un de ces critiques note bien un vin une année et son prix peut s’envoler rapidement. Ce ne sont pas les vins que je recherche, même si j’admets être curieux au sujet de leur technique d’élaboration, plus technologique qu’artisanale.

Autour d’une tasse de café,  Ann me parle des différents organismes gouvernés par l’état contrôlant le marché du vin au Canada.  Dans l’Ontario il y a la LCBO pour Liquor Control Board of Ontario; au Québec, c’est la SAQ pour Société des Alcools du Québec; en Colombie Britannique sur la côte ouest, on trouve la BCLDB pour British Colombia Liquor Distribution Branch; et dans la province de Manitoba, c’est le MLCC pour Manitoba Liquor Control Commission.  C’est dans ces provinces que le marché du vin est le plus significatif, avec la province de la Nouvelle-Ecosse.  Ann me fait aussi l’éloge d’un salon à Vancouver qui attire de nombreux professionnels internationaux  de la filière vin: il s’agit du salon Play house wine festival qui se déroule en Avril. Avec les jeux Olympiques qui viennent de se finir dans cette ville, ce salon attire de plus en plus de monde.

Notre matinée a donc débuté par une visite dans les vignes avec les commentaires de Brian et Samantha. Ryan, un transporteur travaillant avec Southbrook et Winn sa compagne  étaient venus aussi pour la visite.

Ryan, Winn, Samantha et Brian

Les vignes sont regroupées sur un seul tenant autour du bâtiment principal d’accueil, sur une superficie de 25 hectares. Ils possèdent également la même superficie  un peu plus loin mais avec 8 hectares en forêt et le reste en surface agricole pour la trentaine de moutons, le cheval et le poney.

Southbrook, fut créé  dans la région de Toronto à Richmond Hill, et au départ ils achetaient des raisins qu’ils vinifiaient ensuite eux-mêmes. Ce n’est que par la suite que les actuels propriétaires  Bill et Marilyn Redelmeier sont venus s’installer dans la région des chutes du Niagara, au sud de l’Ontario.

Bill et Marilyn Redelmeier

Cette région est reconnue comme la green belt (ceinture verte) du Canada, bénéficiant d’un climat propre à la culture des fruits.  On compte environ 70 domaine viticole dans cette région parmi la centaine que compte au total la province. Il n’y a qu’en Colombie britannique où l’on en retrouve presque autant avec  environ 80.

Brian nous emmènera voir les nouveaux plans de Chardonnay ainsi que les les cépages Vidal

Le cépage Vidal conduit avec quatre baguettes

(plus souvent utilisés pour la fabrication du vin de glace), la Syrah, le Cabernet Franc et le Cabernet Sauvignon. Ils cultivent aussi un peu de Merlot, de Petit verdot, de Sémillon et du Muscat.  La sélection des plans est principalement clonale, c’est à dire qu’ils reproduisent les souches mères voulues à l’identique. Seulement un faible pourcentage de sélection massale, où la diversité des souches choisies augmente les chances de résistance aux maladies.

L’utilisation de filets de protection s’avère indispensable dans cette région, sous peine de voir la récolte se perdre dans le gosier de nos amis à plumes qui ne manquent pas de choisir les morceaux de choix. Dès que les raisins se forment à l’époque de la nouaison (passage de la fleur au fruit en Juin-Juillet dans l’hémisphère Nord), il faut tout de suite mettre un filet de protection étendu sur la hauteur de la partie fructifère de la souche de vigne.

Filets de protection

Ce filet a aussi comme avantage de pouvoir laisser les moutons brouter librement à l’intérieur du champ de vigne – ou block.

Plus efficace qu'une tondeuse!

Ils mangent l’herbe entre les rangs et les pousses indésirables au pied des vignes, et sont plus efficaces qu’une tondeuse car ils laissent leur matière organique derrière eux. Ils sont contenus à l’aide d’une clôture électrique dans les vignes.

Nous passons également devant une éolienne postée à l’entrée d’une parcelle de vigne : « Contre le gel ! » nous dit Brian. Cette année, ils ont fait fonctionner les nombreuses éoliennes présentes sur le site plusieurs nuits à la suite à la mi- Mai afin de permettre une circulation de l’air au dessus des vignes et éviter ainsi les dommages.

Sans elles, la récolte était compromise

Malheureusement,  ils n’ont pas pu sauver le Muscat.  Ces éoliennes ont sauvé leur récolte, car après un débourrement  (lorsque le bourgeon éclos),  précoce cette saison, le gel est venu joué les troubles fêtes.  Brian me raconte aussi qu’en Nouvelle-Zélande, il a vu des propriétés louant des hélicoptères à 800€  par heure, seulement pour survoler les vignes en période de gel.

La salle de dégustation

Et dans le registre nouvelle technologie, l’Université Canadienne de Broke est en train de mettre au point un système de micro-ondes protégeant les vignes du gel.

Nous poursuivons notre visite en nous rapprochant des nouveaux bâtiments d’accueil, utilisant beaucoup de matériaux recyclés, dont les plans furent dessinés par l’architecte Jack Diamond.  Ils utilisent un système de phyto-épuration pour traiter les eaux grises.

La phyto-épuration

En chemin, on peut observer des abris en bois pour les oiseaux disposés un peu partout.  Brian m’avouera aussi être en recherche de ruches pour abriter les abeilles sauvages locales, qui ne sont pas nombreuses dans cette région. Les eaux de pluie sont récupérées et s’écoulent dans un bassin à l’entrée du bâtiment. La couleur blanche du toit a été étudiée afin de repousser les rayons du soleil  et minimiser la chaleur sur le bâtiment et dans le vignoble.

Si vous voulez bien vous donner la peine!

Passons à la dégustation maintenant:

VQA Niagara on the lake,cabernet/merlot, rosé 2009.

Cabernet/Merlot rosé 2009

Couleur rose framboise, attirant, expressif au nez avec des notes fruitées de cerises et de  pommegranit. En bouche, c’est un vin sur la fraîcheur, vif,  avec une belle acidité qui s’équilibre bien avec  le fruit. C’est un rosé de saigné (on tire le jus d’une cuve dont les raisins rouges ont macéré pendant un certains nombre de temps à l’intérieur pour donner la couleur). Coûte 18,99$ (14€) à la cave.

VQA Ontario, Vidal 2009: blanc vinifié en demi-sec avec 19g/l de sucres résiduels. C’est un cépage qui a une peau épaisse afin de résister aux conditions climatiques hivernales, surtout utilisé pour les vins de glace. Récolté en deux fois avec une partie précoce et l’autre tardive afin  d’augmenter la complexité du vin. Pressé doucement pour obtenir un moût plus délicat. Jeune, minéral, jaune pâle et limpide, il exprime des notes citronnées, avec un côté pêche, et  melon. Un blanc confortable et croquant dont la douceur en bouche arrondit la rusticité du cépage . Il fut stabilisé à froid mais peut présenter des cristaux de tartre dans le fond de la bouteille qui peuvent déranger parfois le client. Intéressant à découvrir. 16,99$ (12€).

VQA Niagara on the lake, Cabernet Sauvignon 2008: Un rouge masculin dont les tanins se fondent bien avec le fruit et l’acidité. Le bois domine la dégustation au nez mais en bouche on sent un bel équilibre et une maturité du  fruit maîtrisée, qui supporte bien le passage en fût de chêne français majoritairement. A attendre encore deux années en bouteilles pour un vin harmonieux avec des notes vanillées plus intégrées qu’elles ne le sont  à présent.

Whimsy!

VQA Niagara on the lake 2007, Whimsy! : De cépage cabernet franc, les tanins se montrent robustes à l’ouverture de la bouteille mais après aération, ils se fondent agréablement  et se lissent. Brian recommande d’ouvrir ce vin environ deux heures avant de le servir. Le passer en carafe est préférable.  Il y a eut seulement 1000 caisses de produites sur cette cuvée. 40$ (30€).

Triomphe 2007

VQA Niagara on the lake, Chardonnay Triomphe 2007: La fermentation est réalisée en barriques françaises, avec 30% de neuves, et le reste avec des vins de un à deux ans. Les lies (levures mortes après la fermentation)  ont été ensuite remises en suspension  dans la barrique toutes les semaines pendant plusieurs mois  (technique du bâtonnage). Une fine filtration a été faite avec de la bentonite (argile). Une couleur jaune or, brillant, avec de notes de noisettes et d’agrumes surmûris. En bouche on sent le vin sur une phase fatiguée, manquant d’énergie et de vivacité.  2007 était une année très chaude ici avec beaucoup de structure dans les vins, et où la fraîcheur était plus difficile à obtenir. 13,4% d’alcool.

VQA  Niagara on the lake Cabernet / Merlot, Poetica 2007:

Poetica 2007

c’est la cuvée haut de gamme. Un nouveau poème est chaque année écrit sur l’étiquette de la bouteille. Cette cuvée existe aussi en blanc mais est plus confidentielle. Il faut environ 6 mois au maître de chai et son équipe pour trouver l’assemblage final et goûter toutes les barriques une par une. Un vin charpenté et structuré, avec un corps qui dénote une matière riche et mure. Un vin à faire gôuter à l’aveugle à nos amis Bordelais. 60$ (45€).

Vin de glace, Vidal 2005

VQA Niagara on the lake, vin de glace 2005: les fruits flétris  sont ramassés la nuit en Novembre quand la température descend au moins à -8°C. L’eau dans les baies de raisins se cristallise et donne un jus plus concentré.  De cépage Vidal, ce vin de glace est contrôlé par le VQA ( Vintner Quality Alliance – l’appellation d’origine contrôlée)dès la récolte pour constater les bonnes conditions de température et de pressurage à l’extérieur. Ambré, visqueux, riche en glycérol, c’est un vin qui demande beaucoup de main d’oeuvre à l’élaboration, les rendements sont très faibles et qui pose des problèmes lors de la vinification lors des filtrages par exemple  (vin trop riche qui bouche le filtre). 40$ (30€).


VQA Niagara on the lake, Cabernet Franc moelleux 2006:

Vin de glace, rouge 2006

rose intense, nez marqué par la rubharbe, on finira notre dégustation par ce vin. Brian nous fera goûter aussi sa crème de cassis.

Pour terminer cette journée, nous irons avec Scott sur la deuxième partie du domaine. En Ford Pick up, il emmène un épandeur de compost, outil indispensable  pour le remuer.  Les moutons sont en train d’agnéler à cette saison.

Scott avec les brebis de Rambouillet, et "Newfound land heritage"

Ils sont ensuite placés dans les vignes  jusqu’en Juillet. Il m’explique qu’ils retirent ici les bois de taille dans les vignes pour éviter les maladies et  permettre à la matière azotée du compost de descendre dans le sol et de ne pas se greffer à la matière carbonée des déchets de taille.  Ils passent aussi une griffe pour ouvrir le sol et faciliter la pénétration des nutriments. Les racines des vignes ne sont pas dérangées.  Tout ce travail demande une main d’oeuvre supplémentaire de huit personnes, principalement des immigrés venus du Mexique.

Les préparations 500 et 501 sont faites sur le domaine mais dans le futur ils espèrent pouvoir également produire les préparations 502 à 507 pour le compost.

Les chais de vinification

Quelques barriques...

Publicités
Published in: on 26 mai 2010 at 07:00  Laisser un commentaire  
Tags: , ,

The URI to TrackBack this entry is: https://holyterroir.wordpress.com/2010/05/26/southbrook-vineyards/trackback/

RSS feed for comments on this post.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :